La revue de presse (Dernières nouvelles d'Alsace)

saison 2017-18


saison 2016-2017

19/12/2016 Alsatia-ASUL Lyon

"L'Alsatia passe à côté "

On se bat, mais on n’arrive pas à finir… », constate Frédéric Falsetti, l’entraîneur de l’Alsatia, juste après la défaite de ses hommes, en trois sets face à l’ASUL Lyon.

La lanterne rouge de cette poule B2 de Nationale 2 a réussi à s’imposer face à une équipe alsacienne incomplète et pas au rendez-vous.

Le début de rencontre est pourtant serré, jusqu’à 13-13. À l’attaque, Mitkov et Utia donnent un sérieux avantage à l’ASUL Lyon (17-13).

Côté alsacien, Schaeffer répond présent, mais l’Alsatia ne parvient pas à refaire son retard et cède la première manche (25-19).

Le second acte est tout aussi équilibré, mais Lyon se fait remarquer par son bloc extrêmement efficace. Un mur que même Kadi, connu pour sa frappe impressionnante, a du mal à passer.

À nouveau, l’Alsatia court après le score (8-12 puis 12-15). Taglang et ses coéquipiers égalisent à 17-17. Enfin. Kadi, un peu par dépit, réussit tout de même à placer ses attaques habituelles et l’Alsatia est à deux points du set (23-22).

Mais Lyon ne faiblit pas et remet un coup d’accélérateur. L’ASUL Lyon profite d’un service manqué adverse, puis de deux points bonus pour mener deux manches à rien (25-23).

« On n’a pas réussi à prendre le dessus, en plus on manque de certains joueurs. Il faut qu’on se remobilise », raconte Falsetti. Place au troisième acte, dans lequel les Alsaciens ne vont pas démériter mais qui reviendra finalement aux adversaires. Avec Kadi et Dor au contre et un Mathis plus offensif, le jeu de l’Alsatia est plus efficace et l’étau se resserre un peu plus entre les deux équipes (11-11 puis 17-17). Le capitaine, Taglang réalise une bonne série au service et permet à son équipe de passer devant au score (19-17).

«Il faut redonner un coup de “boost”»

En cette fin de set, c’est l’armada alsacienne qui mène la danse mais il suffit d’un pas de travers pour que la balance penche du mauvais côté.

Malgré trois balles de set pour l’Alsatia, ce sont les Lyonnais qui l’emportent (29-27). Une fin de set à suspense, mais dont l’issue reste à l’image du match. Le score a beau être sévère, l’Alsatia n’est pas passée loin de conserver sa première place. Mais pour Falsetti et ses hommes, une pause s’impose. La remobilisation des troupes aura lieu en janvier, avant de rencontrer Sennecey.

« Il faut redonner un coup de “boost” à l’équipe. On s’entraîne moins, il manque des joueurs… Et on manque un peu de mental. La trêve arrive à point. On reprendra tous ensemble mi-janvier. Il faudra bien se préparer, au complet ».


12/12/2016 coupe de France séniors

"on s'est bien amusé"

L’Alsatia Neuhof était le dernier club bas-rhinois encore en lice dans cette Coupe de France fédérale. Mais le parcours des Neuhofois s’arrête cette saison au 4e tour, après une défaite (3-2) à Besançon – équipe de N2 qui évolue dans la poule B1 – samedi soir.

« On est parti avec une configuration inédite, car il y avait beaucoup d’absents », raconte l’entraîneur alsacien Frédéric Falsetti.

En effet, la moitié de l’effectif (ou presque) manquait à l’appel. Et coach Falsetti a ainsi dû remettre le maillot, pour compléter l’équipe neuhofoise.

« Romain (Totele, le jeune passeur) devait jouer dimanche (hier) en Coupe de France jeunes, donc il fallait le ménager… Du coup, comme Brice (Taglang, habituel titulaire à la passe) n’était pas là, j’ai un peu joué », poursuit l’entraîneur strasbourgeois.

Après être passé à côté du premier set, expédié 25-15 par les coéquipiers de Sven Nord (l’ancien du Strasbourg VB), l’Alsatia s’est relancé. Las, après avoir mené tout au long du 2e set, Mathis et les siens s’inclinent (25-23). « Ce set, on aurait dû le gagner », en grimace encore Falsetti.

Heureusement, les Neuhofois vont renverser la tendance dans la 3e manche. Menés deux sets à rien, ils reviennent à 2-2, s’offrant ainsi le droit de disputer un tie-break.

Mais après avoir mené au score tout du long (8-4), les Alsaciens s’écroulent et Besançon s’impose finalement 15-13 dans ce set décisif.

Reste que la déception, côté alsacien, est toute relative. « Besançon avait un effectif quasi complet, alors que nous, on a simplement fait en sorte de ne pas être forfait, rappelle ainsi Falsetti. Et puis, c’est un déplacement qui s’annonçait galère et au final, on s’est bien amusé. Là, on a fermé la page Coupe de France et on va tâcher d’atteindre notre premier objectif ( la qualification pour les play-off de N2 ndlr) en battant Lyon dimanche prochain. »


05/12/2016 Saint Dié-Alsatia

"A côté de la plaque"

L’Alsatia est passée complètement à côté de son match, hier après-midi, dans les Vosges. Et les hommes de Frédéric Falsetti rentrent donc en Alsace avec une défaite (3-0) dans la besace.

« Qu’est ce qui s’est passé ? Rien justement », en grimaçait ironiquement l’entraîneur de l’équipe neuhofoise.

Comme la semaine passée à Villefranche, Fred Falsetti a dû composer avec un effectif réduit. Mathis, Wagner, Dor, Benoît et Totele manquaient à l’appel. Et même si Gary Beller faisait son grand retour, après son opération au coude, cela n’a pas suffi pour permettre aux Alsaciens de rivaliser avec une équipe déodatienne ultra motivée face au leader.

Pourtant, l’Alsatia fait une bonne entame. Mais rapidement, Saint-Dié éteint le feu alsacien. Pas stable en réception, le collectif strasbourgeois prend l’eau et s’incline 25-19.

Le deuxième set voit le même scénario se reproduire : les Neuhofois sont à la peine derrière et ne parviennent pas à poser leur jeu. « Et c’était un match un peu bizarre, on a joué sur un faux rythme », souligne aussi Frédéric Falsetti.

Résultat : les Alsaciens s’inclinent à nouveau dans la deuxième manche, cette fois 25-22.

Et contrairement à la semaine passée sur le terrain de Villefranche, l’Alsatia n’aura cette fois pas les ressources pour inverser la tendance et revenir dans le match.

Même si les Strasbourgeois jouent mieux dans la 3e manche – et font un peu durer le suspense – ils finissent par rendre les armes 28-26.

« Il y a des matches comme ça, où tout le monde passe au travers, soulignait coach Falsetti. Je suis déçu par la manière et on aurait pu grappiller un set en étant plus efficace en fin de manche. Mais ce n’est pas dramatique non plus. Il nous reste cinq rencontres et on a presque validé notre place en play-off… »